Rejoignez-nous sur

Facebook Twitter

Fondation du Patrimoine

enregistrer imprimer envoyer
partager

Le retable d'Issenheim va être restauré!

Signature d'une convention de mécénat jeudi 28 avril 2011 à 17h au musée Unterlinden de Colmar (68)
Date de publication : 26 avril 2011

Le retable d'Issenheim, chef-d'œuvre du gothique tardif conservé au musée Unterlinden et qui lui vaut sa renommée internationale, va être restauré grâce au mécénat de la Fondation du Patrimoine. Celle-ci alloue à la Société Schongauer, gestionnaire du musée, une subvention de 100.000 euros pour la restauration de cette œuvre monumentale. La délégation Alsace de la Fondation du Patrimoine va également s'employer à convaincre des entreprises régionales d'intervenir en faveur du projet.

Une convention de mécénat sera signée
jeudi 28 avril 2011 à 17h
au musée Unterlinden de Colmar (68),

par Charles de Croisset, président de la Fondation du Patrimoine,
et Jean Lorentz, président de la Société Schongauer,
en présence de Pierre Goetz, délégué régional Alsace de la Fondation du Patrimoine,
Gilbert Meyer, maire de Colmar,
Denis Louche, directeur régional des affaires culturelles,
et Delphine Gougeon, directrice des affaires culturelles et du sport au Conseil Régional d'Alsace.

Projet de restauration

 
La restauration de l'œuvre se fera sous la responsabilité d'un comité scientifique qui se réunira ponctuellement pour décider et entériner les choix de restauration. Le public pourra continuer à voir le retable durant les interventions. Le coût total de la restauration est estimé à 340.860 € TTC, et la participation de la Fondation du Patrimoine s'élève à 100.000 €.
Il ne s'agit pas d'une restauration fondamentale nécessaire lorsqu'une œuvre est ruinée, ce qui n'est pas le cas du retable d'Issenheim. Les restauratrices Carole Juillet et Florence Meyerfeld proposent de fait un amincissement des derniers vernis. Le dégagement de certains repeints maladroits et dénaturant l'œuvre de Grünewald en masquant la composition originale seront aussi nécessaires (par exemple le ciel étoilé de la Résurrection et la présence dans le même panneau de soldats en arrière-plan qui aujourd'hui sont invisibles).
Cette restauration permettra de parfaire l'étude du retable, en complément des analyses scientifiques réalisées par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) entre 2000 et 2004.

Historique de l'œuvre

 
Commandé pour le couvent des Antonins d'Issenheim, situé à une vingtaine de kilomètres de Colmar, le retable d'Issenheim est réalisé entre 1512 et 1516 par Matthias Grünewald pour les panneaux peints et Nicolas de Haguenau pour la partie sculptée. Le polyptyque, qui ornait le maître-autel de l'église du couvent avant la Révolution, fut commandé par l'un des supérieurs de l'ordre, Guy Guers, précepteur de la commanderie des Antonins de 1490 à 1516. L'ordre de Saint-Antoine a pour vocation de soigner les malades atteints du feu sacré ou feu de saint Antoine, véritable fléau au Moyen Âge.
Le retable est constitué d'un ensemble de plusieurs panneaux peints qui s'articulent autour d'une caisse centrale dans laquelle prennent place des sculptures. Il possède au total trois faces illustrées. Les volets pouvaient être ouverts pour illustrer les différentes périodes liturgiques durant le culte, lors des fêtes correspondantes. Pendant les jours ordinaires, c'est la Crucifixion qui était donnée à voir aux malades.
C'est une œuvre de grandes dimensions (3,30 m de haut et 5,90 m de large) qui répond à un programme iconographique dense: représenter la vie du Christ et celle de saint Antoine l'Ermite (231-356). Grünewald y mêle réalisme morbide et fantastique, maniérisme et dépouillement, intensité dramatique et naturalisme, réalisant un ensemble monumental, unique et sans précédent.
Il est resté conservé dans le couvent des Antonins d'Issenheim jusqu'à la Révolution et pour empêcher sa destruction, il est transporté à Colmar, en 1792, à la Bibliothèque Nationale du District. En 1852, il est transféré dans l'église de l'ancien couvent des Dominicaines d'Unterlinden, où il constitue le joyau du musée qui s'y organise alors et où il ne cesse de fasciner et d'envoûter ceux qui le contemplent.

Diaporama photo

- Tous droits réservés
  • Concert des Anges et Nativit...
  • Résurrection et Annonciation
  • Visite de saint Antoine à sa...
  • Agression de saint Antoine pa...
  • Sculptures de la caisse centr...
  • Crucifixion